31 août 2011

Conditions d'une bonne combustion

 

chaudiere ETA BK 

 

photo tiré du document pdf sudenergie

La condition principale à toute bonne combustion consiste à brûler complètement les gaz à haute température. Pour ce faire, la longue flamme engendrée par la combustion du bois exige une enceinte de combustion de grande taille. Une température de 800°C au moins est indispensable pour assurer la combustion complète, ainsi qu’une durée de séjour suffisante des gaz dans les zones à haute température. Ceci signifie que la flamme ne doit pas être refroidie, par exemple sur des parois froides. Pour réunir les conditions nécessaires à une combustion complète, la gazéification des éléments solides et la combustion des gaz dans l’installation de chauffage doivent intervenir en des endroits séparés. L’air de combustion est alors réparti en air primaire et en air secondaire, devant être chauds lors de leur entrée dans le foyer : l’air primaire (traversant le lit de braises) est nécessaire au séchage, à la gazéification et à la combustion du charbon de bois ; l’air secondaire sert à la combustion des gaz. Pour que les gaz combustibles brûlent dans l’enceinte de combustion, il faut qu’ils entrent en contact et soient bien mélangés avec l’air comburant.

Pour obtenir une température de combustion élevée, il faut que l’humidité du bois soit adaptée à la technologie de combustion, mais également que le rapport combustible / air soit optimal. En effet, la combustion du bois étant un process fluctuant (caractéristiques du combustible jamais totalement identiques, conditions d’introduction automatique du bois dans le foyer légèrement variables…), on ne peut apporter seulement l’oxygène suffisant à une combustion neutre. Un excès d’air, dépendant du type de combustible et de système, est alors toujours apporté au foyer, rendant la combustion oxydante. Cependant, cet excès ne doit pas être trop important afin de ne pas refroidir le foyer, ce qui entraînerait une combustion incomplète. Enfin, pour garantir un rendement élevé, les fumées doivent avoir cédé la majorité de leur énergie avant d’être évacuées par la cheminée : leur température doit donc être la plus basse possible, sans pour autant risquer leur condensation dans le conduit (corrosion). Pour les chaufferies collectives et industrielles, la température des  fumées est de l’ordre de 150 à 180 °C.

La combustion du bois met en jeu des phénomènes complexes. Les clés de la réussite passent tout d’abord par l’utilisation de bois sec. Il faut ensuite avoir un équipement de chauffage qui permette d’optimiser ces différentes phases de combustion, ainsi qu’un schéma hydraulique favorisant le fonctionnement à régime nominal. Il ne peut y avoir de combustion optimale sans choix de technologie, dimensionnement, installation et exploitation irréprochables !

 

Info cibé.fr

 

Posté par SOLEIL DE MINUIT à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Conditions d'une bonne combustion

Nouveau commentaire